Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la Fraternité saint Etienne

saints Innocents

28 Décembre 2016, 13:38pm

Publié par fraternite

saints Innocents

Seigneur, nous te confions tous les "innocents" de notre monde d'aujourd'hui victimes de la guerre, de la violence familiale, des conflits de pouvoir, de la folie des hommes ...

Par ta Passion et ta Résurrection, viens leur donner ta Vie en plénitude !

Voir les commentaires

Renoncer pour accueillir la Vie du Christ

26 Juin 2015, 22:34pm

Publié par fraternite

L'Evangile est le livre de la Vie du Seigneur

Il est fait pour devenir le livre de notre vie.

Il n'est pas fait pour être compris mais pour être abordé comme un seuil de mystère.

Il n'est pas fait pour être lu, mais pour être reçu en nous.

Chacune de ses paroles est esprit et vie.

Agiles et libres, elle n'attendent que l'avidité de notre âme pour fuser en elle.

Vivantes, elles sont elles-mêmes comme le levain initial qui attaquera notre pâte et la fera fermenter d'un mode de vie nouveau.

Les paroles des livres humains se comprennent et se soupèsent.

Les paroles de l'Evangile sont subies et supportées.

Nous assimilons les paroles des livres.

Les paroles de l'Evangile nous pétrissent, nous modifient, nous assimilent pour ainsi dire à elles.

Les paroles de l'Evangiles sont miraculeuses. Elles ne nous transforment pas parce que nous ne leur demandons pas de nous transformer. Mais, dans chaque phrase de Jésus, dans chacun de ses exemples, demeure la vertu foudroyante qui guérissait, purifiait, ressuscitait.

A la condition d'être, vis-à-vis de lui, comme le paralytique ou le centurion, d'agir immédiatemment en pleine obéissance.

(...)

Approcher l'Evangile de cette façon-là, c'est renoncer notre vie pour recevoir une destinée qui n'a pour toute forme que le Christ.

Madeleine Delbrêl, in La joie de croire, 2e éd°. pp. 37-38

Voir les commentaires

Fête-Dieu

6 Juin 2015, 17:07pm

Publié par Modérateur

Cette fête du Saint-Sacrement nous invite à une lecture particulièrement personnelle de notre pratique de la communion. Notre « Amen » donné en réponse au prêtre qui me présente le corps/le sang du Christ est une parole d’engagement. Une parole de foi.

Ma communion est le lieu de la rencontre ultime et intime de ma vie avec le Seigneur. Il a donné sa vie. Qu’est-ce que j’en fais ?

Le dernier repas de Jésus avec ses disciples débute par l’expression de son désir : « j’ai désiré d’un grand désir manger cette Pâque avec vous avant de souffrir » (Lc 23, 25). Un grand désir… Quel est le mien ?

Puis Jésus laisse de côté l’agneau sur la table pour prendre le pain et le vin. Deux éléments simples du quotidien qui nourrissent toutes vies depuis les origines. Le sacrifice effectué au Temple passe désormais dans celui qu’opère le Christ par ces mains : ‘ceci est mon corps – ceci est mon sang’. Dieu prend place à la table des hommes, à la table de nos humanités pour un festin nouveau. Il passe là près d’une simple et pauvre table qui devient fraternelle.

Et dans ces actes alimentaires, je me nourris de la vie éternelle. A travers ce pain/vin, c’est la vie corps/sang du Ressuscité que je reçois. Il y a union de ma vie et de la sienne. La vie du Christ m’inonde alors d’une éternité que le quotidien engloutit profondément dans la banalité de mon existence charnelle. Mes petites morts – et la grande aussi – sont alors transfigurées.

Est-ce que j’y crois, consens vraiment ?

Si oui, c’est bien la fête en Dieu aujourd’hui.

Voir les commentaires

Acquérir l'Esprit Saint

21 Mai 2015, 16:13pm

Publié par Modérateur

Cette célèbre phrase de saint Séraphim de Sarov au jeune Motovilov, venu s’entretenir avec l’ermite sur sa vie chrétienne, explique clairement l’enjeu de la célébration de la fête de la Pentecôte. Notre vie chrétienne consiste à vivre de la vie de Dieu, à aimer comme Dieu nous aime.

Si l’Esprit Saint est souvent décrit comme un souffle insaisissable, une colombe, un feu… cela nous indique que nous n’aurons jamais mis la main sur lui. Mais qu’il n’est pas pour autant étranger à nos vies, et qu’il se manifeste à nous sous diverses formes et modalités. La lecture continue du Livre des Actes des Apôtres durant le temps pascal nous a éclairé sur son action en chacun : il donne la force du témoignage, il conseille, il libère, il enseigne et fait mémoire de l’accomplissement des Ecritures, il répand la joie, il éclaire nos âmes de la vérité, il communique la vie…

Bref, pas d’authentique vie chrétienne sans l’Esprit Saint.

Alors pourquoi ne pas l’invoquer sans cesse ? Le jeûne, les veilles, les aumônes… sont des moyens pour provoquer sa venue en nous. Mais la prière, révèle le Père Séraphim au jeune chercheur de Dieu, est le moyen le plus efficace car elle est pratiquable en toutes occasions : « chacun a toujours la possibilité de prier, le riche comme le pauvre, le notable comme l'homme du commun, le fort comme le faible, le bien portant comme le malade, le vertueux comme le pécheur.

Alors en cette fête de la Pentecôte, appelons-le de toute notre force. Et « puisque l’Esprit nous fait vivre, marchons sous la conduite de l’Esprit.” (cf. Galates 5, 25), nous serons habités d’une joie indicible qui rayonnera et touchera le coeur des hommes de ce temps. Ne traînons pas car il y a urgence à embrasser le monde ! Urgence à être ami de Dieu pour aimer comme Lui !

Voir les commentaires

Notre pain quotidien

7 Mai 2015, 09:36am

Publié par fraternite

Il y a des chrétiens qui sont des escaladeurs de paradis. Il y a ceux qui sont des "terriens". Ils attendent que le paradis descende en eux et les creuse à sa taille.

La taille du paradis en nous, c'est l'accomplissement minutieux et magnanime de notre devoir d'état. Le devoir d'état qui est le contraire de ce que l'on pourrait appeler l'esprit de mouvement, de recherche. C'est lui qui livre à la visitation de Dieu la petite parcelle d'humanité que nous sommes et qui nous établit dans une ordonnance d'amour.

Faire son devoir d'état, c'est accepter de rester là où on est pour que le règne de Dieu vienne jusqu'à nous et s'étende sur cette terre que nous sommes.

Madeleine Delbrêl, 'notre pain quotidien' (1941)

(in La sainteté des gens ordinaires, Nouvelle Cité 2014)

Voir les commentaires

Jésus, le bon Pasteur

24 Avril 2015, 15:59pm

Publié par Modérateur

Même si cette neuvaine se termine, rien n'empêche de la reprendre en partant de ce dimanche du bon Pasteur... !!

De plus, l'apport de chaque communauté présentée est l'occasion de rendre grâce pour les appels que Dieu lance.... largement et pour tous !!

Voir les commentaires

Rien est égal à Marie

21 Avril 2015, 15:16pm

Publié par Modérateur

"Rien n'est égal à Marie.

Rien, si ce n'est Dieu, n'est plus grand que Marie.

Et Dieu a donné à Marie

son Fils lui-même, égal à lui...

Ainsi est-il Fils commun de Dieu et de Marie.

Toute la nature a été créée par Dieu,

et Dieu est né de Marie.

Dieu a tout créé

et Marie a engendré Dieu.

Celui qui a pu faire toutes choses de rien

n'a pas voulu refaire sans Marie

ce qui avait été déshonoré.

Dieu a engendré Celui par qui tout a été fait,

et Marie a enfanté Celui

sans lequel absolument rien n'est bien.

Rien n'est égal à Marie."

Saint Anselme de Canterbury

Voir les commentaires

"Passionnément..."

28 Mars 2015, 14:28pm

Publié par fraternite

Avec la célébration des Rameaux, nous entrons dans cette grande semaine où nous allons suivre le Christ jusqu’au matin de Pâques.

Chaque année nous faisons mémoire de cet évènement où Dieu, en son Fils unique Jésus, dit son amour pour chacun de nous. La Passion du Christ, avant d’être vu comme souffrance, est le lieu du dévoilement de l’Amour. Un Amour vrai qui passe pour de la folie aux yeux de beaucoup de nos contemporains. Mais un Amour qui est invitation à nous donner. Sans autre désir que d’aimer celui à qui on se donne. Sans rien attendre en retour.

Le Christ entre ainsi dans Jérusalem sous l’acclamation des foules qui quelques temps après crieront : ‘Crucifie-le’ ! L’Amour ne se défile pas, ne cherche pas d’excuses, de bons motifs. Il avance pas à pas sur nos chemins de vie, de mort. L’Amour est livré pour que nous soyons délivrés de nos morts, de nos enfermements, de nos tombeaux.

Jésus prend le chemin du Golgotha, du Calvaire, pour y planter la croix, nouvelle signature d’Amour écrite avec son sang, pour que nous levions les yeux vers Celui qui se met à nu pour aimer authentiquement, passionnément…

C'est donc une semaine particulière que nous vivrons. Suivre le Christ, jour après jour, dans le don de lui-même pour chacun de nous. S'approcher alors pour saisir sa main, "allons accroche-toi au bois, ne lâche pas ma main*" nous dira-t-il.

Le suivre pour aller "à la source du Don : à ton cœur où je suis l'aimé... pour être donné**" expliquera t-il dans ce cœur à cœur.

(**citations du Frère Christophe, moine-martyr de Tibhrine, "Aime jusqu'au bout du feu" édition Monté Christo)

Voir les commentaires

Parole et paroles

6 Mars 2015, 15:23pm

Publié par Modérateur

Comme le dit la chanson, il y a des mots 'magiques et des mots qui sonnent faux'.

Et il y a dans nos vies, une Parole de vérité, qui dit ce que nous sommes. Notre histoire et notre vocation.

Des mots ironiques qui évitent à la Parole de venir nous bousculer, nous repousser dans nos retranchements.

Jésus le Christ, le Verbe fait chair, parle un langage inaudible pour ces contemporains. Mais est-il plus écouté de nos jours ? Car de nombreux 'dieux' sont venus nous parler, séduire notre coeur, notre pensée, et évitent que nous tournions le regard et le coeur vers la source.

Alors il faut faire le ménage. Et un bon ménage où du vide se fait véritablement ! Pas juste mettre la poussière sous le tapis, mais jeter même le tapis, surtout s'il encombre et gâche le décor !

Car sans laisser de la place à celui qui nous parle 'dans le secret de notre chambre intérieure', il y a peu de chance que l'aube pascale apporte une nouveauté, une heureuse nouvelle !

Alors si les dix commandement que nous entendons ce dimanche de Carême ont été l'objet de nombreux examens de conscience dans le passé, rien n'interdit de les relire comme dix paroles de Vie.

Dix paroles invitant à conduire ma vie dans l'Amour de Dieu, des autres et de moi-même. Car bien souvent nous sommes restés enfermer dans des paroles du passé, transformant tous les mots en peurs. Ce qui était appel à la vie, à l'Amour, est devenu "mal-entendu" faute de bien écouter, faute de bien regarder celui qui nous parle.

Avançons donc, en cette nouvelle étape du Carême, en "esprit et en vérité" dans la contemplation et dans l'écoute joyeuse car : "Les préceptes du Seigneur sont droits, ils réjouissent le cœur ; le commandement du Seigneur est limpide, il clarifie le regard " (ps. 19(18))

Voir les commentaires

" Va, et répare ma maison qui tombe en ruines "

27 Février 2015, 10:20am

Publié par Modérateur

Saint François d'Assise priant devant la Croix de l'église Saint Damien entend le Christ lui adresser ces mots. Un appel et un envoi. Le jeune François comprend tout d'abord en regardant l'état d'abandon de l'église où il se trouve, un appel à se faire maçon. Alors armé de sa truelle et de ses mains, il remonte les murs de cette chapelle. Puis quelques temps plus tard, cherchant une confirmation de son appel, de sa vocation, il entend l'Evangile de l'envoi des disciples en mission. Nouvelle interpellation. Nouvelle démarche de prédicateur, et de pauvreté radicale.

Et on connaît la suite : une vie partagée avec les pauvres, une écoute renouvelée de l'Evangile perçue comme joie, comme contemplation de toutes créatures, un engagement à rayonner de cette Croix implantée dans l'humanité, chemin d'Incarnation de l'Amour de Dieu !

Finalement, François a rebâti sa propre maison intérieure, passant du jeune guerrier fougueux, fils d'un riche commerçant, à la figure du frère universel, pauvre, humble, à l'écoute du Père.

Reconstruction intérieure, de cette demeure de Dieu en lui.

Le Carême est donc le "temps favorable" pour édifier nous aussi, de conversions en conversions, de commencements en commencements, une demeure de Dieu où il puisse y trouver place. Ré-édification de tout notre vie ! L'aumône, la prière, le jeûne, le pardon... sont les éléments qui cimentent notre vie chrétienne et qui nous structurent intérieurement.

Et extérieurement ! Car il ne s'agit pas de faire bonne figure, mais de laisser cette lumière de Dieu passer en nous, à travers nous, pour que l'Amour transfigure nos visages. Nos comportements, nos actions.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>